Accueil» ARTour » ARTour 2017 » Domaine du Château de Seneffe
ARTour 2017
Domaine du Château de Seneffe

Parcours d’eau


Le Château de Seneffe est entouré d'un très beau parc comprenant plusieurs plans d'eau.
Cette opportunité nous a conduits à proposer l'actuelle exposition intitulée Parcours d’eau.
Un choix d'artistes aux pratiques différentes pour des propositions en lien avec les multiples espaces du parc feront naître de nouvelles lectures, chacun à sa manière.
C'est ainsi qu'au Jardin des trois terrasses, comprenant deux bassins, s'est tout naturellement installée Isabelle Copet.

Inspirée par les motifs ornementaux présents dans le Château - feuilles d'acanthe des stucs du plafond qui évoquent un mouvement circulaire - Isabelle Copet les a resitués dehors à l'échelle des bassins mais, cette fois, en vue plongeante.

Leo Copers, connu pour ses œuvres déroutantes mariant souvent l'eau et le feu, vient cette fois avec une pièce sculpturale renversée. Patrimoniale !

Une copie du Penseur de Rodin... la tête dans le sable ! Le voilà tombé du socle de la deuxième à la troisième terrasse. Cette fois, Le Penseur se gorge d'eau à mesure des intempéries et des contretemps de la vie.

Dans le très bel espace du Théâtre, Florian Kiniques intervient de telle manière que l'ensemble devient Œil.

Pour Jeter un Œil ... le bassin devient pupille à l'humeur aqueuse noire, la terrasse circulaire devient iris et les oculi inoccupés à l'arrière reçoivent un poème visuel en lien avec l'ombre de midi sur l'arcade sourcilière.
Une longue-vue aidera les distraits.

Outre le pont ! de Jacques Patris à l’Île romantique.
Devenu fontaine, voilà que le pont se pose comme un arc-en-ciel entre la rive et l'île.
Un regard sur les marches fera douter le visiteur du sens de l'écoulement.

Un peu plus loin, Philippe Luyten a choisi le site de "La Goutte", déversoir naturel d'un ruisseau réactivé depuis le point le plus haut du Domaine.
Outre son aspect visuel intriguant, le bouchon surdimensionné -posé sur un des bords escarpés du lieu- suscite aussi quelques réflexions sur le cycle de l'eau et la nécessité du contrôle de notre consommation. C'est la raison pour laquelle l'artiste lui donne le titre de Thinking Sink.
Benoît Félix occupe le Grand bassin à l'arrière du Château avec une pièce surprenante. Longtemps titillé par l'envie de contrer le désir d'apparat des premiers propriétaires, il a réalisé une intervention efficace au titre sans ambiguïté : Moucher la fontaine .
Certains artistes disent les choses en contrepoint.
Kris Fierens a réalisé une canne à pêche aux dimensions totalement folles. Elle fait presque 20 m . Plantée à la verticale, extrêmement fine au sommet, elle se perd dans l'éblouissement du regard.
Quelques oiseaux sculptés scrutent le ciel, ici et là, dans le jardin de la Volière.
Marco Dessardo, connu pour ses barques - sculptures avec lesquelles il a navigué en Mer du Nord, en Mer Baltique, au Canada et sur divers canaux a poursuivi sa navigation dans chaque plan d'eau du Domaine.
Ses barques - aux titres romantiques d'Onda, de Fuga et de Lento - appuyées aux colonnes de la Cour d’honneur sont accompagnées de vidéos illustrant ses voyages au Domaine de Seneffe.

Baudouin Oosterlynck,
commissaire désigné
avril 2017

Isabelle Copet – Photo : M Clinckemaille-Intégration œuvre par l’artiste
Leo Copers – « Penseur la tête dans le sable se remplissant de l’eau »
Florian Kiniques - « Jeter un œil »
Jacques Patris - « Outre le pont » - Photo et intégration J. Patris
Philippe Luyten - « Sink to think »-Photo et projet Philippe Luyten - Art Souk
Benoît Félix – « Moucher la Fontaine »- Photo B. Félix
Kries Fierens - « Sans titre » - Photo : K. Fierens
Marco Dessardo – « Escarper » - photo et projet Marco Dessardo