Accueil» ARTour » ARTour 2017 » Musée International du Carnaval et du Masque de Binche
ARTour 2017
Musée International du Carnaval et du Masque de Binche

La Collection Vonpischmeyer

Olivier Goka

 

Dès les débuts de la colonisation de l’Afrique au XIXe siècle et la découverte des arts dits "premiers", les artistes du monde entier ont été fascinés par la diversité, la richesse, la force esthétique des arts traditionnels, notamment d’Afrique Centrale. Le célèbre poète Guillaume Apollinaire, Pablo Picasso ou Amadeo Modigliani, parmi tant d’autres dans l’Art Moderne, ont collectionné ces objets ou s’en sont inspirés jusqu’à aujourd’hui. Par ailleurs, dans un art contemporain africain en plein essor, de plus en plus en vue sur le marché international, c’est un autre volet de la création qui se démarque et inspire de nombreux créateurs : la réalisation d’œuvres fortes avec des éléments de tous les jours, issus de la consommation quotidienne et ses rebuts, comme le plastique, le fil de métal, bref, la récupération en tous genres.

L’artiste belge Olivier Goka revisite à sa manière ces deux aspects fondamentaux de la création africaine. En partant de plastique recyclé consciencieusement récolté durant des années, principalement à Bruxelles, il a constitué avec un humour, une précision et un sens de la forme redoutables, une vraie fausse collection d’arts premiers entièrement réalisée en plastique assemblé, comme un clin d’œil à l’histoire et au patrimoine de l’ancienne colonie belge qu’a été le Congo. Cet ensemble toujours en élaboration, montré pour la première fois au Botanique, à Bruxelles, en marge de l’exposition « Congo en Marche » dédié à l’art contemporain de RDC (2007), a conquis déjà de nombreux collectionneurs, spécialistes et lieux d’exposition. Elle fut montrée au Musée Royal de l’Afrique à Tervuren, face à ses collections internationalement reconnues, à la Galerie Didier Claes (2015), ou encore, à la galerie l’Art Pur, à Riyad (2016).

La collection Vonpischemeyer, du nom de ce collectionneur imaginaire, double de l’artiste, propose un voyage dans l’histoire, les formes et les matériaux, mais questionne aussi les enjeux du recyclage, les limites entre l’art, le design, une savoureuse mythologie de l’électroménager, la réappropriation des objets usuels dans la pratique artistique.

En posant des questions sur la noblesse des matériaux, les enjeux muséaux ou des galeries d’arts premiers, ou encore sur la notion de collection, elle prend des sens variables. C’est tout naturellement qu’elle trouve sa place dans la magnifique collection du musée du masque à Binche, dans une biennale tournant autour du thème de la collection.

François Delvoye
commissaire de l’exposition

Une exposition

Photographies : Bernard Babette