Accueil» ARTour » ARTour 2015 » Keramis - Centre de la céramique
ARTour 2015
Keramis - Centre de la céramique

On Fire

Marc Alberghina / Florence Lenain /Anne Mercedes / Emile Desmedt / Claudi Casanova / Claude Champy / Tony Crag / Rachel Labastie / Hervé Rousseau

La cuisson des argiles est un phénomène physico-chimique qui provoque leur transformation définitive. Ce phénomène est l’essence même de la céramique. Bien que sa représentation soit simple, la maitrise du feu cache une redoutable complexité qui révèle tout un pan de l’histoire des arts et métiers, des sciences et des techniques. Pour son ouverture et pour la Biennale ARTour 2015, le Centre Keramis propose cette exposition manifeste dédiée au feu.

Le feu est phénoménalement et symboliquement omniprésent dans notre quotidien. Depuis la nuit des temps, notre imaginaire collectif regorge de contes et de légendes liés au feu. Plusieurs mythes et récits fondateurs (Prométhée, Érostrate) y font référence.
Les premiers hommes se sont regroupés autour d’un feu pour se protéger de leurs prédateurs. Le feu est associé au désir, à la passion. Il allie la création (les arts dit du feu que sont la céramique, la verrerie et la métallurgie) mais aussi la destruction et la purification (les méthodes d’éradication des maladies contagieuses mais aussi les génocides).
Le feu est partout… Au delà de la céramique, le feu est l’élément d’élection de notre civilisation. Selon le philosophe Pascal Chabot « la postmodernité a placé la relation entre l’individu et le monde sous le signe du feu. Héritière de Prométhée qui, pour le voler, cache les braises dans une branche de sureau, l’humanité technicienne a introduit la combustion dans chacune de ses activités. Elle transforme la matière en brûlant le pétrole, en enflammant le gaz et le charbon, en faisant éclater l’atome et en chauffant les métaux pour s’éclairer. Notre électricité, notre électronique et nos ondes reposent sur des phénomènes énergétiques dont l’origine commune est la modulation d’une source de chaleur. Les gaz à effet de serre, la pollution et le réchauffement de l’atmosphère sont liés aux quantités de mégawatts que dégagent, sur toute la planète, les combustions.
(...) La véritable fille du feu, c’est notre civilisation. Le feu est le seul élément qu’elle n’a pas souillé, alors qu’elle a pollué l’air, l’eau et la terre... » (Pascal Chabot, Global Burn-Out, PUF, 2013, p.125).

Si le feu envahit notre quotidien sans que nous y pensions, il est consciemment l’outil des huit artistes contemporains invités à participer à cette première exposition. Alors que Marc Alberghina et Rachel Labastie offrent une vision métaphorisée de leur rapport au Feu, Claudi Casanovas, Claude Champy, Emile Desmedt, Florence Lenain, Anne Mercedes et Hervé Rousseau en éprouvent les limites et l’intimité par des techniques de cuisson originales.
Pendant toute la durée de l’exposition, en véritable homo faber, le tournaisien Émile Desmedt réalisera une œuvre monumentale aux abords du Centre Keramis. Cette sculpture de près de six mètres de hauteur sera modelée et cuite sur place selon la technique primitive du four-sculpture. Contrairement à la totalité des céramiques qui cuisent dans un four, cette sculpture sera son propre four et cuira donc "de l’intérieur" révélant ainsi une dimension symbolique forte cadrant avec le thème de l’exposition.
Pour contextualiser un propos qui est développé théoriquement dans "Les Cahiers du Feu", le périodique qui accompagnera la vie du Centre Keramis, des extraits d’oeuvres cinématographiques, littéraires ou plastiques sont présentés à titre documentaire aux côtés des œuvres des artistes invités. Il s’agit de quelques fragments qui ont contribué ces dernières décennies, en référence à Roland Barthes, à fonder nos mythologies personnelles.
Ludovic Recchia


Keramis - Centre de la céramique, La Louvière

Keramis est un espace d’art et de culture, de recherche et de création dédié à la céramique. Il conserve, étudie et valorise les témoins matériels et immatériels de la production faïencière de l’entreprise Boch La Louvière (1841-2009) avec la collaboration scientifique du Musée de Mariemont.
Keramis encourage les céramistes d’aujourd’hui en les exposant et en assurant la compréhension de leur œuvre.
Keramis met en valeur les collections de céramiques des XIXe, XXe et XXIe siècles déposées par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Wallonie, la Province de Hainaut et la Ville de La Louvière.
Réalisées par l’Institut du Patrimoine wallon pour le compte de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la restauration des fours-bouteilles et la création de Keramis ont pu être concrétisées grâce à un cofinancement de l’Union européenne et de la Wallonie (Patrimoine), ainsi qu’à plusieurs autres partenariats publics : Sites
à réaménager, Culture, Tourisme et une intervention de la Ville de La Louvière.


infos pratiques

Keramis - Centre de la céramique de la Fédération Wallonie-Bruxelles
place des Fours bouteilles 1 (GPS : boulevard des Droits de l'Homme) / 7100 La Louvière
064 27 37 75 - info@keramis.be
Adultes : 5 € / seniors, enfants : 3 €
GRATUIT le 1er dimanche du mois !
Ouvert du mercredi au dimanche de 10h00 à 18h00.
Exposition On Fire : du 9 mai au 12 septembre !