Accueil» ARTour » ARTour 2015 » Maison de la Laïcité
ARTour 2015
Maison de la Laïcité

pesanteur - apesenteur

Martin Hollebecq

On commence à comprendre le sculpteur – l’ampleur de la tâche qui l’attend - le jour où l’on se décide à heurter deux cailloux l’un contre l’autre, cherchant à leur donner la vague forme d’un outil, la courbe d’un corps. Très vite, on abandonne, c’est impossible, à moins de se doter d’une infinie patience doublée d’une infinie indulgence pour le résultat final. Les cailloux se heurtant hurlent un langage qu’on ne comprend pas, à moins bien entendu, d’avoir dans le sang quelque chose de minéral, une ascendance granitique, et je ne dis pas une pierre à la place du cœur. Bref, pour devenir sculpteur, il faut être un peu dompteur, pas mal magicien, il faut être dur comme le burin, avoir une main de fer, l’esprit en perpétuelle fusion, ou quasiment. Alors, seulement alors, avec du doigté, et la ténacité nécessaire, on peut, à certaines heures, et dans quelques cas, voir la pierre ondoyer et révéler d’insoupçonnées voluptés, entendre la pierre chanter. Martin Hollebecq connait tous les sortilèges qui mènent à ce miracle, et connait surtout tous les secrets de la matière.

Avec lui, la pierre bleue, laquelle offre selon les traitements cent nuances différentes de couleurs, semble se mettre en quatre, se plier en deux, pour accéder au moindre de ses désirs. Le résultat est toujours inattendu. A tel point que l’on douterait du long processus qui lui a permis d’aboutir à une œuvre où la pierre apparait tordue, inclinée, crevassée, assouplie, finalement domptée, où elle exprime un infini lyrisme, où elle chante, mais oui, parfaitement, où elle exprime en courbes un poème muet venu tout droit des tréfonds du monde minéral. Comme si, d’un claquement de doigt, il avait le pouvoir insensé de déplacer les montagnes, d’ériger des sculptures formidables de prouesses techniques, de les modeler à sa guise… Et pourtant, Martin Hollebecq donne à la pierre un élan comme surgi du cœur de la matière. Se perçoit dans ses œuvres l’essence même du roc, une réminiscence d’un temps où tout était en mouvement, où tout ne faisait qu’un. Ses sculptures marient le passé et le présent dans une poésie pure comme du cristal de roche.

Ludovic Duhamel - Miroir de l’Art

Maison de la Laïcité (Parc Pater), Soignies


Le Château Paternoster dit aussi "Château des Carrières" est une importante demeure de style néo-classique, qui semble avoir été bâtie pour Pierre-Joseph Wincqz (ancien maître de carrières) vers 1830-1850. Après la mort de ce dernier, en 1987, le château fut habité par son épouse. La propriété est ensuite passée dans les mains de la famille Paternoster, d’où vient le nom du Parc Pater, avant de devenir propriété communale. Le bâtiment abrite, depuis 1999, l’asbl Maison de la Laïcité.
A l’origine, l’entrée se faisait par la rue Mademoiselle Hanicq, entrée qui donnait sa véritable allure à la propriété. On peut encore y voir une avant-cour qui permettait aux équipages de manœuvrer et de déposer les visiteurs. Sur la droite, on peut voir les traces d’une ancienne serre latérale qui illustre la grande mode, au XIXe siècle, pour les plantes exotiques et les jardins d’acclimatation.
Le Château est constitué d’un double corps à un étage et demi et de deux ailes latérales plus basses. Il forme toujours un bel ensemble homogène qui emploie la pierre bleue notamment autour des fenêtres ainsi que pour le porche et les balustrades des corniches.
Le parc représente un lieu privilégié réservé aux promeneurs.
D’une superficie de 5ha 10 ares, il est traversé par la Senne. On y trouve de nombreux arbres d’essences différentes disposés de façon très harmonieuse. On peut y voir des traces du petit barrage et des vannes de l’étang qui alimentait l’usine "des Trois Planches" en période de sécheresse de la Senne.
La scierie hydraulique fut construite en bordure du parc, peu après la construction du château.
Dans le mur d’enceinte, situé à la rue des Trois Planches près du second portail d’entrée on peut remarquer le millésime "1840".

infos pratiques

Maison de la Laïcité de Soignies
Château Paternoster
rue Mademoiselle Hanicq 1 / 7060 Soignies
Entrée libre !
Ouvert du vendredi au dimanche de 14h00 à 18h00.