Accueil» le programme régional » 13 communes... » Braine-le-Comte
13 communes...
Braine-le-Comte

Cette localité fondée par Saint-Géry, évêque de Cambrai (mort vers 619), était, au XIIe siècle, un village appelé Braine-la-Villotte. Le Comte de Hainaut, Baudouin IV, le Bâtisseur, l'ayant acquise en 1158, l'appela Braine-le-Comte.

En 1652, le roi d'Espagne cède la ville de Braine-le-Comte à la maison d'Arenberg en échange de la terre de Sevenberghen, de sorte que le duc d'Arenberg en avait la seigneurie et la juridiction ainsi que sa châtellenie qui comprenait onze villages. 
En 1677, le duc de Villa-Hermosa, gouverneur général des Pays-Bas, fit sauter le château bâti par le comte de Hainaut, Baudouin IV, et ses remparts, pour empêcher les Français de s'y retirer.


 

culture et tourisme 

Centre Culturel 

Créé en 1992, il est installé dans la rue de la Station. Il gère plusieurs salles de spectacles et de fêtes réparties sur l'ensemble du territoire de l'entité. Une équipe s'y dévoue pour développer la diffusion, l'animation et l'aide à la création culturelle. Hormis les événements dont elle assure la paternité et le suivi, elle propose un soutien aux divers responsables de la vie associative locale dans leurs projets. En offrant à la population brainoise une palette d'activités riche en diversité, le Centre culturel respecte son rôle de catalyseur et de rassembleur...


Église Saint-Géry

Le plus remarquable des monuments de la ville qui se dresse à l'entrée de la localité, près de la ligne des remparts primitifs. Elle était entourée, jadis, d'un cimetière auquel a succédé, aujourd'hui un agréable square.


Hôtel d'Arenberg

Il date probablement du XVIe siècle. Monument en pierre bleue de style Renaissance. Il fut brûlé en 1914 par les Allemands, reconstruit en 1920. Sa cloche (la Bageole), cloche de la basse geôle (prison de la ville) est conservée dans le petit campanile.

Plan incliné de Ronquières 

Conçu pour racheter une différence de niveau de 68 mètres entre les biefs du nouveau canal à 1350 tonnes reliant Charleroi à Bruxelles, cet important ouvrage d'art, sorte d'écluse à sas mobiles, est constitué de deux bacs gigantesques roulant sur des rails. La fameuse Tour de Ronquières, outre son aspect monumental que les historiens de l'architecture devront un jour évaluer, constitue sur le plan incliné et sur le paysage un magnifique point de vue !


Bois de la Houssière 

Il s'étend à l'est du noyau urbain jusqu'à Henripont, Ronquières et Virginal-Samme, sur une superficie de 662 hectares. Soucieuse de mettre en valeur le magnifique cadeau que la nature lui a fait, la ville n'a pas ménagé ses efforts en vue d'augmenter la puissance d'appel du Bois de la Houssière. Saisi d'une version soigneusement étudiée d'un projet dont l'idée initiale date de nombreuses années déjà, le Conseil communal a décidé - en 1960 - de la création, entre l'agglomération et la Houssière, de deux lacs artificiels de pêche et de canotage, les Etangs communaux Joseph Martel.