Accueil» le programme - SAISON 1 » le programme
le programme - SAISON 1
L'enfant sauvage
L'enfant sauvage

L'enfant sauvage article 27, théâtre

sam 13.01 /// 20:00
salle de l'Hôtel de ville /// Chapelle-lez-Herlaimont
Il y a, en Belgique, 2000 enfants en attente de famille d’accueil à court et moyen terme. L’enfant sauvage est avant tout un monologue théâtral, mais il peut avoir une résonance concrète au-delà de la représentation.
On ne la verra jamais, la petite Alice, L’enfant sauvage qui donne son titre à la pièce de Céline Delbecq. En une heure dix, on ne verra d’elle que son petit manteau rose et pourtant, cette petite fille en miettes emplit complètement l’espace et l’esprit. Sublime invisible, elle vous serre la gorge, vous essore le cœur et vous inonde les yeux. Impossible de rester de marbre devant la bouleversante performance de Thierry Hellin, seul sur scène pour évoquer la rencontre improbable entre un peï solitaire et cette enfant abandonnée.
Le Soir, Catherine Makereel

Tout commence sur la place du Jeu de Balle. Au milieu des puces, une petite chose hirsute se débat comme une bête. Dans l’indifférence générale. Un homme, un seul, va s’approcher d’elle, lui tendre la main, l’arracher à cette solitude terrifiante. Harponné par le regard, pourtant vide, de l’enfant muette et farouche, le célibataire endurci va lui rendre visite à l’hôpital et se porte finalement volontaire pour l’accueillir chez lui, le temps qu’on retrouve sa famille. Ce qu’il nous raconte, c’est la réalité qu’il découvre derrière les mots : accueil d’urgence, juge, famille, père, enfant, administration, adoption, home….

Dans ce monologue poignant, Céline Delbecq nous fait pénétrer une réalité qu’elle connaît bien. Comme toujours, elle ose aborder les sujets les plus durs avec une humanité vivifiante, ouvrant des espaces de parole précieux, plaçant la fonction théâtrale au cœur des nécessités sociétales. Et inversement.



Compagnie de la Bête Noire - texte et mise en scène : Céline DELBECQ - avec Thierry Hellin - création sonore : Pierre Kissling - création lumière et régie : Clément Papin - scénographie : Delphine Coërs - assistante à la mise en scène : Charlotte Villalonga