Accueil» le programme - SAISON 1 » le programme
le programme - SAISON 1
Luz Casal chante Dalida / A mi manera
Luz Casal chante Dalida / A mi manera

Luz Casal chante Dalida / A mi maneraarticle 27, musique

ven 23.02 /// 20:00
Le Théâtre /// place Communale /// La Louvière
Depuis son titre Un año de amor interprété pour le film Talons aiguilles de Pedro Almodovar et chanté par le passé par Dalida en français sous le titre C'est irréparable, Luz Casal entretient avec la chanteuse disparue il y a 30 ans, une relation particulière.
La rencontre discographique de Luz Casal et Dalida était inévitable. Dalida, l’Italienne du Caire née en 1933, fut une diva pop, une dramaturge. Luz Casal, née une génération plus tard en Galice, à la pointe occidentale de l’Europe, n’a eu de cesse de ramener dans ses filets des chansons qui s’écoutent à fleur de peau. Luz Casal chante Dalida est l’achèvement d’un exceptionnel parcours croisé, dont les fondements résident dans la sensibilité, le tact, et le goût des chansons nourries d’amour, de solitude et de joie.
En onze chansons, dont une moitié adaptées par elle-même en espagnol, Luz Casal balaie la carrière de Dalida, de 1956, date de ses premiers succès, à sa mort par suicide en 1987.
Rien n’arrive par hasard.



Pour Luz Casal, comme pour ses aînées qu’elle admire, de l’Italienne Mina à la Mexicaine Chavela Vargas, chanter est une activité qui relève de la haute couture, de ce chic qui l’avait époustouflée un jour où elle avait croisé au hasard d’une rue parisienne Maria Callas qui baladait son yorkshire, enveloppée dans du Chanel.

Séparément, à des époques qui diffèrent, les deux chanteuses qui aiment la dramaturgie ont croisé leurs interprétations. J’ai naturellement établi un lien avec Dalida, pas seulement parce qu’elle parle à ma mémoire, mais aussi par le répertoire. Dans le sien, il y avait cinq chansons que j’ai chantées. J’avais repris par exemple dans La Pasion, Histoire d’un amour, un boléro du panaméen Carlos Almaran. Elle avait chanté Je reviens te chercher de Gilbert Bécaud, moi aussi. Je lui avais emprunté Il venait d'avoir 18 ans, description d’un amour impossible. Luz Casal avait aussi repris Mi sono inamorato di te de l’Italien Luiggi Tenco, amant de Dalida qui s’est tiré une balle dans la tête après avoir perdu le concours de la chanson de San Remo en 1967.

Luz Casal a voulu prolonger l’aventure, et innover. Elle a choisi d’autres chansons, celles qui la touchaient et qui faisaient sens, pas forcément les plus connues. Dalida a un style différent du mien, c’est une chanteuse pop qui avait interprété plus de mille chansons. Celles que j’ai choisies reflètent différentes époques de sa carrière. C’est un hommage plein d’affection. J’ai vécu un certain temps à Paris dans un hôtel sur la butte Montmartre. Quand je sortais sur la terrasse, je voyais la tombe de Dalida et les fans qui venaient lui apporter des bouquets, des fleurs, des billets d’amour. J’ai avec Dalida une relation de respect, comme ses fans, et je voudrais que ceux-ci puissent ressentir la même sensation, cette complicité qui garde intact le fil émotionnel.

Luz Casal a adapté ces chansons en espagnol à sa manière, au plus proche de sa personnalité d’interprète, un mélange de passion et de temps de réflexion. Le vrai chanteur, c’est celui qui exprime les mots, sa vie, ses sentiments.