Un nouveau Théâtre
Un nouveau Théâtre

Un nouveau Théâtre

Son système d’amplification acoustique a été mis au point par les acousticiens du Palais 12 du Heysel, que l’ingénieur du son de U2 considère comme la salle possédant la meilleure acoustique du monde. Son équipement scénique est un des tout premiers de Walllonie par le volume utile de la scène et le système de commande des 54 perches, identique à celui de l’Opéra de Liège. Le nouveau Théâtre de La Louvière est probablement aujourd’hui le premier théâtre du Royaume…
Fin des années 2000, après 50 ans de bons et loyaux services, le Théâtre de La Louvière, vaisseau amiral des lieux culturels de la région du Centre inauguré en 1960, commençait à montrer des signes de faiblesse : sa cage de scène se fissurait, ses installations n’étaient plus aux normes RGPT (Règlement Général de la Protection du Travail), des travaux d’isolation énergétique étaient nécessaires, etc.
La Ville de La Louvière, en accord avec le Centre culturel (Central) qui exploite la salle, et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont donc entamé les études préalables à des travaux de rénovation du bâtiment et de ses infrastructures.
Les conclusions du check-up imposaient une révision complète : extension de la cage de scène et du plateau, renforcement des murs, remplacement de la toiture, création de locaux sociaux (douches, bureaux, etc.) et de nouvelles loges, isolation énergétique et acoustique, adjonction d’un quai de débarquement, mise aux normes des installations électrique et de chauffage, aménagement et adaptation des guichets, remplacement des sièges, de la tenturerie, des éclairages, intégration d’œuvres d’arts, etc.
Après de longues années de travaux et quelques péripéties, la Ville de La Louvière et Central sont fiers de vous présenter leur nouveau Théâtre !



Le nouveau Théâtre est donc une salle parfaitement polyvalente. Ses dimensions, son infrastructure et son équipement permettent l’accueil d’opéras, de concerts philharmoniques comme de séances de cinéma, de spectacles de danse, de théâtre, de cirque, de one-man-shows, de concerts de rock, de variété, etc.


La salle / 7502Y

  • Jauge : 954 places / convertible à 600, 500, 400… grâce à un rideau de séparation auto-portant.
  • Suppression du balcon au profit d’un gradin de plain-pied. Gain en visibilité dans la partie arrière de la salle puisque, pour joindre le parterre au balcon, on a augmenté l’angle de la pente.
  • Suppression de l’allée centrale : les meilleurs points de vue ont désormais leurs sièges !
Ces deux interventions structurelles permettent une meilleure circulation du public.
Les vieux sièges rouges ont fait place à de confortables fauteuils revêtus d’un tissus de couleur gris chaud (référence 7502Y au catalogue de la norme internationale CEI 60757). Cette couleur spécifique choise par le coloriste Michel Moffarts a été appliquée à l’épaisse moquette, à la tenturerie (rideau de scène), aux toiles tendues sur les murs et aux peintures des lambris. Elle permet une répartition optimale de la lumière.
La salle a été dotée d’un système de chauffage performant et économe.


La scène
Le plateau amplifié en superficie (et en hauteur) peut accueillir toute forme et tout gabarit de spectacle ! Un proscenium-ascenseur permet de moduler la scène.

  • cadre de scène : largeur : 14,2 / hauteur : 8 mètre
  • plancher : profondeur : 15,2 / largeur : 20,5
  • hauteur sous perche : 16 mètres

Le proscenium se présente sur trois niveaux : au niveau supérieur, il agrandit le plateau ; au niveau inférieur, il dégage une fosse d’orchestre ; au niveau moyen, il permet d’ajouter des sièges.

Notons encore la création d’une passerelle d’éclairage de scène qui surplomble le parterre. Et l’installation d’un écran de cinéma.

1958
Le bâtiment a été conçu en 1958 dans le style « exposition universelle » en vogue à l’époque. Malgré les nombreuses contraintes techniques et les normes actuelles, le souci de conservation a dominé la conduite des travaux.
La structure architecturale n’a pas été modifiée.
Parmi les éléments structurels et ornementaux caractéristiques conservés :
- les ouïes du fond de salle
- les corniches lumineuses avec éclairage indirect
- le grand plafond central avec éclairage indirect
- le comptoir-vestiaire en sapelli en cinq travées (auparavant quatre)
- les lambris de la salle

Œuvre d’art
Pour répondre au décret de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur l’intégration d’œuvres d’art dans la rénovation ou la construction de bâtiments, le choix s’est porté sur une intervention au niveau des couleurs.
Michel Moffarts, plasticien, a conçu un habillage qui repose sur le principe de la colorisation de l’enveloppe extérieure de la salle dans un orange singulier, très chaleureux et festif ! Cet orange déborde, à travers un sas suréclairé (un appel), sur le parvis du Théâtre, sur l’enseigne, créant une perspective lumineuse depuis les rues débouchant sur la place.
Les coulisses ont fait l’objet d’un soin tout particulier, avec un bleu soutenu dans les loges d’artistes, un jaune électrique dans les locaux techniques.

Photo : Alain Breyer /// Vidéo : Magicowl